Histoire des vignes de Montmartre

Créé par
Recommandé par 1 guide
Guide

Montmartre, un village

Destinations / Paris & Ile de France

Article

Histoire

Histoire, événements, du vignoble de Montmartre d'hier et d'aujourd'hui.

Présentation
Les traces des premiers vignobles de Montmartre remonteraient à l’époque Gallo-Romaine lorsque Paris se nommait alors Lutèce,...
- L’essor des vignes de Montmartre :

Les traces des premiers vignobles de Montmartre remonteraient à l’époque Gallo-Romaine (- 52 Av. J.-C - V ème siècle) lorsque Paris se nommait alors Lutèce. On y aurait retrouvé des traces d’un temple dédié à Bacchus sur lequel serait construite l’église Saint Pierre.

Mais, c’est au Moyen Age, grâce aux Abbesses (Dames de L’Abbaye de Montmartre) et surtout à Adelaïde de Savoie (1092 - 1154), première abbesse de Montmartre que le vignoble s’étend pour accroître les revenus de l'Abbaye et connait ainsi un réel essor. L’église possédait son propre vignoble et le seul pressoir du village.

Cependant, avec l’appauvrissement de l’Abbaye et les multiples guerres, les Abbesses sont alors contraintes à revendre des terrains. C’est ainsi que petit à petit, dés la fin du XV ème siècle, les vignerons et paysans s’installent à leur tour sur ces terres pour cultiver les vignes. Montmartre devient alors un charmant village de vignerons, ou les noms des parcelles sont encore présentes à Paris : la Sauvageonne, la Goutte d’Or, le Sacalie, le Clos Berthaud, la Vigne de Bel-Air.

Vers la fin du XVI ème siècle, alors que des droits d’octroi sont mis en place pour pouvoir faire entrer du vin dans Paris dans le but de limiter sa consommation, Montmartre qui n’appartient pas encore à Paris devient donc l’endroit idéal pour venir boire du vin sans payer cette redevance. Ainsi, de nombreux cabarets, tavernes et bals s’ouvrent pour accueillir ces parisiens. Un célèbre dicton de l’époque disait du vin de Montmartre : « qui en boit pinte en pisse quarte » (à noter qu’une pinte faisait 9 3cl, et une quarte 67 litres !)

- La disparition du vignoble :

Mais la concurrence des autres vignobles, le phylloxéra (insecte homoptère, sorte de puceron ravageur de la vigne), l'exploitation des carrières, et l’expansion démographique anéantissent progressivement l’exploitation des vignobles. L’annexion de Montmartre à Paris en 1860, marque la disparition petit à petit du vignoble Montmartrois.

- La relance :

C’est en 1933, qu’un terrain est à nouveau consacré à la culture de la vigne. Grâce à un refus de projet immobilier sur un terrain municipal, mené par Francisque Poulbot (1879-1946, dessinateur célèbre) et ses amis, le terrain sera sauvé en espace vert, dénommé Square de la Liberté, destiné aux enfants de la Butte (« Les petits Poulbots »). Mais face au refus des autorités municipales de conserver cet espace tel quel, ils décident alors d’y planter des vignes qui s’étendent à plus de trois mille plants de Thomery et trois plans de Morgon en 1933.
Ainsi, le 3 octobre 1934, ont lieu, les premières vendanges en présence du Président de la République, Albert Lebrun et sous le parrainage de Fernandel et de Mistinguett.
La vigne de Montmartre devient alors la dernière vigne qui existe encore à Paris et sa tradition se perpétue sous le patronage de la Ville de Paris.


- Le vignoble d’aujourd’hui :

Grâce à Francisque Poulbot, Le Clos Montmartre perdure, seul vignoble sauvegardé à Paris. Il s'étend sur une surface de 1556 m², comprenant 2000 pieds, et 27 cépages dont 75% de Gamay, 20% de Pinot noir, quelques pieds de Sauvignon blanc, Riesling... Mille kilos de raisin sont récoltés vers la mi septembre, malgré une exposition plein nord qui est peu commune, puis mis en bouteilles vers les mois de mars-avril. Les quelques 1800 bouteilles sont vendues chaque année à plus de 40 € la bouteille, qui sont alors reversés au profit d’œuvres caritatives et sociales de la mairie du 18ème arrondissement.
La vigne de Montmartre est la propriété de la ville Paris, qui confie son exploitation au Comité des Fêtes et d'Actions Sociales de Montmartre et du 18 ème arrondissement. La vinification s’effectue d’ailleurs dans les caves de la Mairie. Depuis 1994, Francis Gourdin, vinificateur du Clos-Montmartre, et Vice-président des Œnologues de France, partage sa passion et son savoir-faire avec une équipe spécialisée de jardiniers des Parcs et Jardins de la Ville de Paris. Ils entretiennent et améliorent la qualité du vignoble, qui se bonifie d'année en année jusqu'à obtenir le 1er prix au Symposium des vins d'Ile de France.

- La commanderie :

Afin de promouvoir le vin de Montmartre en France et à travers le monde, Maurice His, alors Président de la République de Montmartre crée le 23 mai 1983, la seule confrérie vineuse de Paris.
Aujourd’hui, c’est Gilles Guillet qui est le grand maitre de la « Commanderie du Clos Montmartre », installée dans une curieuse bâtisse octogonale (ancien château d’eau), de style néo-renaissance datant de 1835, entourée d'un jardin planté de ceps de vignes.
Fiers de leur patrimoine viticole local, la devise des compagnons est "Perpétuer l'esprit du Vin de Montmartre" et sont vêtus d’une tenue rouge lie de vin rehaussée d'or et d'argent, agrémentée de la médaille de la confrérie composée du symbole de la ville de Paris, d’une palette de peintre évoquant le monde artistique de Montmartre, d’un moulin à vent rappelant l’époque des meuniers de Paris, et bien entendu une grappe de raisin.

- Les vendanges de Montmartre :

Le jour des vendanges de Montmartre donne lieu chaque année, au début du mois d’octobre, à la fête des vendanges. Cette année 2008 sera la 75 ème Fête des Vendanges de Montmartre et aura lieu les 10, 11 et 12 octobre 2008.
Tout le quartier est en fête, proposant musiques, défilés, parade traditionnelle, autour d’un village de stands avec dégustation, où confréries œnologiques de toute la France, personnalités artistiques et politiques y participent en toute convivialité.
Ensemble, ils célèbrent l’arrivée des nouvelles cuvées, qui chaque année sont parrainées par des artistes. Des cuvées au nom de Dalida, Moulin-Rouge, Lapin-Agile parrainée par Pierre Arditi et Carole Bouquet (2001), Toulouse-Lautrec parrainée par Valérie Lemoine et Maxime Le Forestier (2002), Georges Brassens (2007),…. Cette année le thème sera « Montmartre Fête son Cinéma », avec deux grands invités d’honneur, Anouk Aimée et Claude Lelouch pour ses 50 ans de cinéma. Un événement culturel mêlant musique, cinéma, vin et gastronomie.