Introduction de L'écologie corporelle

Créé par

Article

Bien être et Santé

"Une relation à soi-même respectueuse. L’écologie corporelle est une notion que Génération Tao développe depuis maintenant plusieurs années

Présentation
"Une relation à soi-même respectueuse."
L’écologie corporelle est une notion que Génération Tao développe depuis maintenant plusieurs années. Les fondateurs du magazine, Pol Charoy et Imanou Risselard, reviennent sur cette notion, sa nécessité et son potentiel.

Gtao : Dans la notion d’écologie corporelle, il y a écologie et corps : de quel corps s’agit-il ?

Pol Charoy : Nous parlons d’écologie corporelle, et non d’écologie du corps. L’ « écologie du corps » induit une relation qui sépare le corps de la tête (le mental), et c’est ce que nous vivons depuis des siècles avec le Judéo-christianisme. Les pulsions et les émotions du corps (l’emportement, la colère, etc.) sont vécues le plus souvent comme négatives, tandis que l’esprit et la pensée sont vécus comme plus proches de la conception du divin. La notion d’écologie corporelle nous amène à nous poser cette question : quelle est ma relation à mon corps et à mon corporel ? Est-elle proche ? différente ? C’est quoi un corps ?

Imanou Risselard : Dans cette coupure entre le corps et l’esprit, nous avons été jusqu’à extraire le corps de la nature, le lieu dans lequel nous évoluons. C’est important, car ces séparations ont été successives dans l’histoire de l’humanité.

P. C. : Quand nous parlons d’écologie corporelle, nous réintroduisons la notion du « corporel », c’est-à-dire une relation à soi qui ne soit pas seulement biomécanique, à travers un corps qui ne soit pas à utiliser, à exploiter professionnellement dans le travail, ou à utiliser dans le cadre d’une performance sportive…

I. R. : … Pas un corps à soumettre…

P. C. : …A dresser. Nous préférons l’idée d’un « corporel sensoriel », un corps de sentiment, de perception, de ressenti, d’émotion… Qui est aussi un corps de chair, de tendons et de muscles, d’action, de mise en mouvement, dans lequel vibre aussi l’esprit. Le mental fait bien partie de la tête, la tête faisant partie du corps — ou que l’on me dise le contraire ! — car mes pensées, mes émotions sont mon corps, et cette notion est fondamentale !

I. R. : C’est impalpable, mais le fonctionnement du mental fait partie du corps !

GTao : Et pourquoi « écologie » ?

P. C. : Nous sommes sensibles à l’écologie et aux actions des écologistes depuis longtemps. Mais notre expérience dans l’analyse du
mouvement nous a fait constater que tout
en défendant de magnifiques pensées et en agissant avec justesse et efficacité, les militants écologistes entretiennent pour beaucoup une relation désastreuse à leur propre terre corporelle. Cette observation nous a touchés et nous a fait souligner la nécessité...
Lire la suite de l'article