La conquête musulmane

Créé par

Khalid

Professionnel

Recommandé par 2 guides
Guide

Merzouga

Thématiques / Pleine Nature

Marrakech

Destinations / A l'étranger

Tags: Histoire , Maroc

Article

Histoire

Dés 682, le chef Arabe Oqba Ibnou Nafi’i, fondateur de Kairouan, la première cité musulmane en Tunisie, entame un raid jusqu’en Atlantique.

Présentation
Dés 682, le chef Arabe Oqba Ibnou Nafi’i, fondateur de Kairouan, la première cité musulmane en Tunisie, entame un raid jusqu’aux côtes atlantiques. Berbères et Byzantins se soulèvent alors contre l’envahisseur, mais les Arabes musulmans parviennent à étendre leur domination, faisant ainsi progresser l’islamisation des population. La domination musulmane se consolide malgré la formation de Royaumes aux doctrines religieuses insoumises, comme le Royaume kharidjite de Sigilmassa, dans le Tafilalet, ou celui de Berghouata, sur le littoral Atlantique. En 740, éclate une importante révolte contre les autorités de Damas, siège du Califat Omeyyade. Peu à peu, le Maroc échappe à leur pouvoir, et se morcelle en nombreux Royaumes et Principautés.

Site du Ministère de la Communication Marocaine

L'islam pénètre le monde chrétien et gréco-romain peu après la mort du prophète de l'islam Mahomet. Sous les Omeyyades, l'expansion continue, les conquêtes territoriales se faisant par voie terrestre jusqu'au Maghreb à la fin du VIIe siècle et jusqu'aux côtes espagnoles au début du VIIIe siècle. En 712, les Maures franchissent le détroit de Gibraltar et envahissent l'Espagne. Ils sont arrêtés à Poitiers en 732 par les troupes du maire du palais, Charles Martel.

Expansion vers l'Asie centrale, Boukhara, Kaboul, et ils atteignent la frontière de l'Indus. Contact avec l'Empire byzantin, la mer Caspienne et Caucase au nord.

La mer Méditerranée est contrôlée par l'Empire byzantin lequel est une menace sur les conquêtes arabes. Les Arabes construisent une flotte et attaquent Constantinople sans succès à trois reprises, le feu grégeois jouant un rôle déterminant en faveur des Byzantins. Les Byzantins restent maîtres de la mer et bloquent donc l'expansion musulmane, ainsi que le commerce avec les Arabes. La mer reste une frontière, mais devient une mer d'échanges. Après une conquête rapide d'un siècle, les frontières ne bougent plus jusqu'au XIe siècle.

Quand les Arabes ont conquis un territoire, ils établissent des camps à part et vivent du fruit de leurs conquêtes et d'impôts (la jizya) versés par les non-musulmans, en échange d'une liberté et protection restreintes. Les musulmans quant à eux paient une autre forme d'impôts, la zakat (aumône au pauvre) qui forme un des cinq piliers de l'islam.

Le VIIIe siècle est marqué par la forte résistance de l'Empire byzantin, mais aussi par l'agitation, à la fois politique et religieuse, à l'intérieur du monde arabo-musulman. On observe donc l'unification et l'arabisation des territoires conquis (par la langue, la monnaie, l'administration), ainsi que son islamisation (des écoles sont instituées pour apprendre le Coran, les juges sont formés pour répandre le droit musulman).

Mais il y a de nombreuses sécessions politico-religieuses. En effet, les Abbassides fondent Bagdad. Il y a donc un déplacement vers l'est du centre politique arabo-musulman qui a pour conséquence le transfert des courants d'arrivées de l'Extrême-Orient, mais aussi un déséquilibre car le centre est éloigné du pan Ouest de l'empire. Cela entraîne des sécessions qui débouchent sur la formation de trois grandes zones où émergent des califats.

Ce sont les zones abbasside, fatimide et andalouse; on peut donc parler de concurrence religieuse entre les successeurs de Mahomet.

Aux IXe siècle et Xe siècle, l'Empire arabo-musulman ne s'étend plus sous les Abbassides.

Les troupes de Oqba Ibn Nafaa entrent en Ifriqya, nom donné à cette ancienne province romaine, mais il se heurte à la résistance de Kusayla. En 683, lors d'une terrible bataille, Oqba meurt ainsi que la plupart de ses hommes. Kusayla marche alors sur Kairouan, il y règnera près de cinq ans, mais des renforts venus de Syrie destituent le roi.

La conquête du Maghreb reprend et aussitôt un nouveau soulèvement gagne la région des Aurès, Dihya (Kahena) parvient à rassembler plusieurs tribus berbères et repousse provisoirement les soldats musulmans jusqu'en Tripolitaine (l'actuelle Libye). Carthage est prise en 698, la résistance est dominée à partir de 702 et l'Afrique du nord est « officiellement » conquise en 711. Cette même année, les premiers contingents berbères et arabes passent en Andalousie, dirigés par Tariq ibn Ziyad. À la phase d’organisation militaire de la conquête, va se substituer l’administration d’un territoire encore partiellement insoumis, et non converti.

Les populations afro-arabo-persannes d'Afrique de l'est qui commerçaient depuis des siècles avec les arabes se sont islamisés dès le VIIIe siècle. La culture swahilie est à la fois le fruit de ce metissage et de l'islamisation de la région.